:: rendre audible et silencieux le cadre de vie sonore ::

  • news
  • Actualités /

Les cartes des bruits

La directive 2002/49/CE sur l’évaluation et la gestion du bruit dans l’environnement vient en complément de l’abondante législation communautaire sur les sources.
Ses objectifs ? Permettre une évaluation harmonisée, dans les vingt-cinq états européens, de l’exposition au bruit dans l’environnement, au moyen de cartes de bruit stratégiques; prévenir et réduire les bruits excessifs au moyen de plans d’action; protéger les zones calmes; faire en sorte que l’information et la participation du public soient au cœur du processus. Cette directive est un précieux outil pour, qu’enfin, puissent être collectées des données harmonisées, portant sur des indicateurs communs et que des actions puissent être menées à l’échelon communautaire.
Routes, voies ferrées, aéroports, industries, telles sont les grandes sources de bruit ambiant ciblées par cette directive, qui s’applique notamment aux agglomérations de plus de 100 000 habitants.

Une approche en deux étapes a été adoptée :
Etape 1 – Sont concernées les grandes agglomérations de plus de 250 000 habitants (Cartes de bruit en 2006 et Plans d’action en 2007).
Etape 2 – Sont concernées les plus petites agglomérations (période 2012 – 2013).
Si la Directive 2002/49 détaille précisément les prescriptions techniques relatives à la cartographie, elle laisse en revanche aux états le soin de désigner les autorités responsables de l’élaboration des cartes, des plans d’action et de la collecte des données au niveau national.

LES ZONES DE CALME
La Mission Bruit du Ministère chargé de l’Ecologie a confié au Centre de Recherche sur les Transports, l’Environnement et les Institutions Locales (CRETEIL) l’élaboration d’un guide méthodologique sur les zones calmes.
Un premier rapport intermédiaire (synthèse de l’état d’avancement du guide) a été produit en octobre dernier.

Le rapport ancre ses concepts dans une revue de l’état de l’art sur la question, ainsi qu’à travers des entretiens (avec des acteurs de l’environnement, des transports et de l’urbanisme, ainsi que de plusieurs institutions territoriales et régions de France) et dans une expérimentation in situ (entretiens auprès d’usagers et d’habitants, diagnostics territoriaux et environnementaux). A ce stade de l’élaboration du guide, voyons quels sont les premiers enseignements à tirer sur cette « problématique encore peu stabilisée », selon les termes exacts employés par Guillaume FABUREL et Nathalie GOURLOT dans leur document.

Tout d’abord, dans la caractérisation des zones calmes, une démarche transversale et interdisciplinaire s’impose : il y aura donc avantage à dépasser les strictes contingences acoustiques ou paysagères pour recruter les pratiques d’aménagement et d’urbanisme et emprunter volontiers à des registres plus esthétiques, écologiques ou socioculturels. Pour les auteurs, une telle démarche est gage d’une variété d’indicateurs et de seuils susceptible de permettre une ouverture aux différents contextes socio-urbains. Il s’agira notamment de tenir compte des usages, attentes, ressentis et représentations des populations. Se fondant sur de longs entretiens menés auprès d’un panel représentatif des différents acteurs de l’environnement, de l’urbanisme, de l’aménagement et des transports, l’équipe de l’Institut d’urbanisme de Paris fait un premier pas vers une caractérisation des zones calmes.
Parmi les premières conclusions que les auteurs tirent de leur travail, on retiendra que la question des zones calmes suscite de nombreuses interrogations et incertitudes dans le propos des acteurs :
– Comment assurer l’accessibilité (en termes d’infrastructures de transport) d’un espace sans remettre en question sa qualité première (ici, le calme) ?
– Jusqu’à quel point faut-il protéger les zones calmes tout en évitant de sanctuariser de nouveaux espaces urbains, ou de créer de source nouvelle d’inégalités environnementales et de ségrégation urbaine ?
– Dans quelle mesure et avec quels outils, est-il possible de tenir compte des zones potentiellement (mais non avérées) calmes ?…

A son terme, le guide ambitionne de proposer quelques méthodes d’évaluation et outils d’action qui tiennent compte de la pluralité des acteurs concernés, de la diversité des problématiques et enjeux soulevés. Une analyse plus détaillée des entretiens et, surtout, l’expérimentation sur six sites, sur la base des critères tirés de la littérature et des résultats d’entretiens, permettront aussi de répondre à ce besoin d’outils pluriels d’observation et d’évaluation. La sortie du guide est programmée dans les tous prochains mois.

 

———–

 

Carte des bruits

mentions légales

ACOUSTIQUE AGNA
Agence Clermont (siège social) : 16 Rue de Strasbourg 63000 CLERMONT FERRAND
Téléphone : 04 73 91 46 74
Notre société est immatriculée au RCS de Clermont-Ferrand – Siret 409 940 020 00020

PROTECTION DE VOS DONNES PERSONNELLES
Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Vous pouvez exercer ce droit en nous adressant votre demande à contact@acoustique-agna.fr
Acoustique AGNA ne communique aucune des informations fournies à un tiers. De plus, nous ne conservons aucune information concernant les données effacées.

COPYRIGHT
Toute représentation ou reproduction abusive du site acoustique-agna.fr, par quelque procédure que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
Les liens présents sur le site peuvent orienter l’utilisateur sur des sites extérieurs dont le contenu ne peut en aucune manière engager la responsabilité de la société Acoustique AGNA

CREDITS
Hébergement : SARL OVH
2 rue Kellermann 59100 Roubaix

Webmaster : Studio graphique Biskot & Bergamote
32, rue rameau 63000 Clermont-Ferrand
06 78 07 47 77 / contact@biskot-bergamote.com

Photos : Acoustique AGNA, iStockphoto, Fotolia

Qualifications OPQIBI

Libellé des qualifications OPQIBI

16.01 – Etude en acoustique
16.02 – Ingénierie en acoustique des infrastructures de transport
16.03 – Ingénierie en acoustique industrielle
16.04 – Ingénierie en acoustique du bâtiment
16.05 – Ingénierie en acoustique d’environnement

decibel d’or

Le bureau d’étude Acoustique AGNA a été primé au Décibel d’or (13ème édition) pour l’intégration acoustique, en centre-ville d’Aix-les-Bains, d’une moyenne surface commerciale (enseigne Champion) dans un ensemble d’habitats collectifs.
Ce concours récompense chaque année les actions et les produits qui, dans le domaine de la lutte contre le bruit, constituent des initiatives remarquables.